Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 09:05
Ils font leurs courses et préparent leurs repas eux-mêmes. Ces jeunes Manchois espèrent devenir indépendants. : Philippe Chérel


Une nuit par semaine, de jeunes handicapés apprennent à être autonomes dans un appartement HLM. Cette expérience est réalisée dans la Manche.


SAINT-LÔ. - « Aujourd'hui, vous allez faire les courses seuls dans le magasin. » Delphine Jumelin regarde Rémy soupirer. Avec deux autres collègues, elle accompagne cinq adolescents et les aide à devenir indépendants. Pas simple de prendre son envol lorsqu'on est atteint de trisomie 21 (1). Peu à peu, Marion, Rémy, Maxime, Benjamin et Geoffrey - des jeunes âgés de 16 à 22 ans -, apprennent à s'éloigner du domicile familial et de leurs parents. Ils rêvent d'une vie ordinaire, « d'un travail, d'un appartement, d'une copine ».

Le supermarché est, pour eux, un véritable labyrinthe. « Où est la brioche ? », s'interroge Rémy, la liste de courses à la main. Au bout de quelques minutes passées dans les rayons, il semble perdu et multiplie les allées et venues. « Se repérer dans le temps et dans l'espace, c'est l'une des difficultés majeures, constate leur accompagnatrice. Voilà pourquoi, par exemple, je tiens à ce qu'ils portent une montre. » Il faut répéter les activités essentielles du quotidien pour les faire siennes. « Ils oublient assez vite si on ne maintient pas les acquis », explique Delphine Jumelin.

« Être seul, ça me fait une boule au ventre »

Retour à leur appartement saint-lois. Chaque mardi, depuis deux mois, les cinq jeunes gens s'y réunissent pour passer une soirée et une nuit, seuls avec leur accompagnatrice. « J'aimerais avoir une maison à moi où je ferais du synthétiseur », dit Rémy. Sans ses parents ? « Pas tout de suite », confie-t-il, hésitant. Entre le rêve et la réalité, il existe un fossé difficile à franchir. « Être seul, ça me fait une boule au ventre, reconnaît Maxime. Je ne pourrais pas supporter que ma famille soit loin. » Pourtant, les progrès sont visibles. « La plupart ne téléphonent pas à leurs parents durant la soirée, constate Delphine Jumelin. Ils se font à manger, regardent la télé, font des jeux de société, comme d'habitude. »

Objectif final : l'autonomie relayée par une obligation téléphonique (un appel par jour à leur famille ou à l'association). « Peut-être y aura-t-il des échecs dans l'avenir, c'est le risque. Nous ne savons pas comment ils vont évoluer. Mais comme c'est leur souhait, cela vaut le coup d'essayer », affirme Nadine Larnaud, la maman de Marion. Ce service est-il réservé à une élite ? « Plutôt à ceux qui ont eu de la chance, assure-t-elle. Ceux qui ont grandi en milieu ordinaire, dans des écoles accueillantes et ont ainsi pu développer leurs capacités. »

Lucie THUILLET

Article publié dans OUEST FRANCE

Partager cet article

Repost 0
Published by GEIST et DIM de Cany-Barville - dans Trisomie 21
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association GEST et DIM de Cany-Barville
  • Association GEST et DIM de Cany-Barville
  • : Blog du GEST-DIM de Cany-Barville (Seine-Maritime), association loi 1901 ayant pour but de contribuer à l’insertion sociale de jeunes porteurs de trisomie 21 et déficients intellectuels modérés. L'association propose une éducation précoce, un soutien à l’intégration scolaire, des activités socioculturelles et sportives ... sur la zone rurale du Pays de Caux.
  • Contact

Recherche