Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 07:00

Suzanne Houin a reçu, récemment des mains de Gérard Bonaventure, les insignes de chevalier de la Légion d'honneur. Fondatrice de l'association Les Papillons blancs, elle a voué sa vie à la cause des personnes handicapées. Portrait.


Une petite silhouette dissimulée dans un tailleur, des cheveux blond vénitien, le maquillage impeccable. C'est avec beaucoup d'élégance que Suzanne Houin vous reçoit dans sa coquette maison du quartier Remicourt.
Malgré son grand âge, qu'elle préfère taire, elle reste loquace lorsqu'elle parle de son combat en faveur des personnes handicapées. Un engagement qui est né en 1947, en même temps que son fils, Christian, atteint de trisomie 21. « Je me suis alors rendu compte qu'il n'existait aucune structure pour les personnes handicapées à Saint-Quentin, souligne Suzanne Houin. Comme l'école ne voulait pas de notre enfant en ce temps-là, nous avons dû faire venir un instituteur à la maison, ainsi qu'un professeur de culture physique. »
Les années passent, Christian grandit. Sa mère découvre alors qu'il existe un IME (institut médico-éducatif, N.D.L.R.) à Cambrai. Sa rencontre avec le directeur de l'établissement est déterminante. « Lorsque je lui ai dit qu'il n'y avait rien dans la cité des Pastels, il était choqué. Il m'a conseillé de fonder une association. » Seul hic : le couple Houin tient une pépinière à Francilly qui lui accapare tout son temps. « On m'a un peu forcé la main. J'ai donc décidé d'organiser une réunion pour recenser les personnes handicapées dans la ville », poursuit-elle.
Dans la foulée, elle fonde, en 1964, sur l'association des parents d'enfants inadaptés les Papillons blancs et se met en quête d'un local. La Saint-Quentinoise a un projet bien précis en tête : ouvrir un cours de broderie et de tricot pour les filles. Le président de la Maison de la famille et directeur d'Anderes met à sa disposition une salle, rue des Suzannes.
« Dès la création de l'association, mon intention était de créer un institut médico-pédagogique. Apprenant qu'un projet était en cours et sur les conseils du docteur Blanchard, j'ai songé alors à un centre d'aide par le travail qui deviendra par la suite l'Envol. »

Persuasive et déterminée

Là encore, la présidente fondatrice des Papillons blancs doit trouver un endroit pour héberger

les activités de celles et ceux qui fréquenteront le CAT. « Un ingénieur, qui faisait partie de notre association, m'a recommandé de prendre une petite usine. » Persuasive, Suzanne Houin parvient à décrocher un prêt de la banque pour financer ce bâtiment. Quatorze filles et neuf garçons sont employés au CAT pour de petits travaux. « La première année fut difficile ; nous étions obligés de demander aux parents de verser 50 F par mois. Il fallait également que les enfants apportent leur déjeuner. » Peu à peu, la structure se développe. Pour le plus grand bonheur de la Saint-Quentinoise dont la ténacité n'a jamais fait défaut. En 1971, l'Institut médico-éducatif d'Holnon voit le jour ; en 1977, ce sont les foyers de Neuville ; en 1992, c'est l'annexe Jean-Cocteau du CAT L'Envol. Aujourd'hui, l'APEI compte 278 personnes accueillies et 180 salariés dans six structures.
Avant Suzanne Houin, il n'existait aucun lieu pour accueillir les personnes handicapées dans la cité des Pastels. A sa manière, Suzanne Houin a signé une des plus belles pages de l'histoire de la ville. 

 

 

SON FILS, LA MOTIVATION DE SA VIE


C'est dans une salle des mariages archi-bondée que Suzanne Houin a été décorée samedi matin, en présence de nombreuses personnalités locales.
Ce n'est autre que Gérard Bonaventure, président des décorations de la Légion d'Honneur, qui a parrainé - à sa demande - Suzanne Houin pour être reçue dans l'Ordre de la Légion d'honneur.
La Saint-Quentinoise, très émue, en a profité pour remercier celles et ceux qui l'ont aidé dans l'ouverture et la gestion de l'association. Mais également ceux qui l'ont soutenu après le décès de son fils, Christian, en 2008, à l'âge de 60 ans. « Il a été la motivation de ma vie. Le seul chagrin qu'il m'a provoqué, c'est sa mort brutale. Cette distinction, je lui dois en partie. C'est lui qui a été à l'origine de cette association. »



source : http://www.aisnenouvelle.fr



Partager cet article

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Handicap
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association GEST et DIM de Cany-Barville
  • Association GEST et DIM de Cany-Barville
  • : Blog du GEST-DIM de Cany-Barville (Seine-Maritime), association loi 1901 ayant pour but de contribuer à l’insertion sociale de jeunes porteurs de trisomie 21 et déficients intellectuels modérés. L'association propose une éducation précoce, un soutien à l’intégration scolaire, des activités socioculturelles et sportives ... sur la zone rurale du Pays de Caux.
  • Contact

Recherche