Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 14:47

trisomie-21.jpg


La 5ème édition de la Journée Nationale de la Trisomie 21 se déroulera le dimanche 18 novembre 2007. Elle demeure la cause principale du retard mental d'origine génétique chez les personnes déficientes intellectuelles. En France, chaque jour, naît plus d'un enfant porteur de la Trisomie 21.

Malgré la déficience intellectuelle, l'adaptation sociale et scolaire est facilitée par la mise en place d'un accompagnement personnalisé et une adaptation de la pédagogie et des dispositifs de scolarisation. L'espérance de vie des personnes trisomiques augmente régulièrement (aujourd'hui plus de la moitié d'entre elles vivent jusqu'à plus de 55 ans). Ces personnes qui étaient considérées comme inéducables jusque dans les années 70 sont maintenant capables selon leurs capacités de s'insérer dans la société.

Plus d'une naissance par jour

Le nombre de naissance de bébé porteur de trisomie 21 à la naissance a diminué de manière significative dans plusieurs pays depuis la mise en place du dépistage prénatal. En France, la prévalence à la naissance est actuellement de 1/2000 naissances mais demeure très variable. Il naît donc actuellement plus d'un bébé porteur de trisomie 21 par jour dans notre pays. La trisomie 21 concerne indifféremment les enfants des deux sexe. On compte actuellement environ 50.000 personnes trisomiques en France, 400.000 en Europe et 8 millions dans le monde.

un avenir qui ne peut être prédéterminé

Un enfant porteur d'une trisomie 21, comme tout autre enfant a un avenir qui ne peut être prédéterminé. Parmi les possibilités à l'issue de sa scolarité, il y a l'accès à des formations professionnelles de droit commun ou adaptées, l'accès à l'apprentissage et au travail en milieu ordinaire ou protégé (ESAT ; ex CAT), l'accueil (quand il y a des places) dans des CAJ (Centre Accueil de Jour), dans des foyer de vie…Sans oublier que faute de place disponible, certaines personnes reste dans leur domicile ou celui de leurs parents.

 

De nombreuses manifestations

La Journée nationale de la trisomie 21 organisée par l'association Trisomie 21 France et ses antennes départementales a pour objectif de faire de parler de ce handicap.

Tout au long de cette journée, les associations départementales (certaines associations proposent des actions à d'autres dates) et les personnes porteuses de Trisomie 21, iront à la rencontre du public et des médias ou organiseront une journée porte ouverte. De multiples occasions seront données de rencontrer des enfants, adolescents, jeunes adultes trisomiques ainsi que des professionnels (éducateurs, psychomotriciens, psychologues, ergothérapeutes…) afin de pouvoir parler et échanger sur ce handicap.

Plus de 60 villes dans 50 départements et territoires d'outre-mer participent à cette journée en organisant diverses animations ou porte ouverte. Certaines associations proposeront également des défilés de mode, des représentations théâtrales, des manifestations d'expression artistique, des animations de rue, des chorales, la vente de produits divers, des goûters et animations sur les marchés, des stands d'information sur la Trisomie 21, des manifestations sportives, des participations à des émissions télévisées ou radio…

N'hésitez pas à vous renseigner sur les actions menées dans votre département (voir liste ici)

Le GEIST et DIM de Cany-Barville organise par exemple une journée porte ouverte de ces locaux rue du hôme, le samedi 17 novembre de 10h à 18h où professionnels, enfants, parents et bénévoles seront présents. Contact : 02.35.97.42.47.

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Trisomie 21
commenter cet article
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 09:30
s--jour-01.jpgFabienne, Alison, Thibaud, Romain et Simon


Samedi 11 août 2007

Le samedi 11 août, après moult péripéties, départ de Cany vers 13 h 30 direction le gîte situé à Epineu le Chevreuil près du Mans (Sarthe) avec Fabienne, Romain, Thibaud, Alison et Simon accompagnés des supers animateurs Mélanie et Arnaud.

Après un peu plus de trois heures de route (merci au GPS de Mélanie), nous sommes arrivés à Epineu le Chevreuil chez Mr et Mme Beauvais, des personnes charmantes qui nous ont très bien accueillis et se sont montrés très disponible.


6820-1.jpg
Après l’installation et la répartition des chambres, premier repas préparé notamment par Simon, puis première nuit au gîte.6820-4.jpg

Dimanche 12 août 2007

Après des tours de magie d’Arnaud le magicien dans la matinée, repas puis direction le Parc d’attraction Papea City près du Mans.


romain.jpgRomain, Chérif à Papea City !


Après-midi agréable où nous avons fait de nombreux jeux et avons même été attaqués par des indiens !


Lundi 13 août 2007

Direction le Zoo de la Flèche où nous avons pique-niqué avant de voir des animaux des 5 continents sur 14 Hectares.

 


Durant cette visite nous avons vu un spectacle d’otarie vraiment très sympa, assisté au goûter d’un ours polaire.


s--jour-02.jpgLes jeunes au Zoo de La Flêche

Le soir nous avons mangé des saucisses et des merguez au barbecue ainsi que des chamallow grillés et tenté de manger des bananes avec au chocolat enroulé dans du papier alu !

s--jour-03.jpgVive le barbecue !

Mardi 14 août 2007

Le matin démonstration de Karaté par Simon avec Thibaud.

 



Visite (sous la pluie) de l’arche de la nature situé à dix minutes du centre-ville du Mans puis du musée de l’eau. Fin d’après midi au bowling où c’est Thibaud qui a remporté la partie.

Le soir nous avons mangé au Mac Do.

Photo-0043.jpgFabienne au Mac Do


Mercredi 15 août 2007

Le matin nous avons préparé un gâteau d’anniversaire pour Mélanie.

Durant cette journée nous avons visité le musée des 24 heures du Mans où nous avons vue de nombreuses voitures de courses. Après avoir effectué l’achat de cartes postales pour les familles direction le mythique circuit du Mans qui est juste à côté du musée où nous avons fait le tour de ce dernier, sans bien sure emprunter la piste qui était réservé aux professionnels que nous avons d’ailleurs vu à l’œuvre.

cuisine-avec-thibaud-chevalier---simon-carpentier-et-arnaud-mouillard.jpgLes garçons à la cuisine !

Jeudi 16 août 2007

  KIF-1172.JPGMélanie 23 ans !

En cette veille du départ et jour des 23 ans de Mélanie, nous avons manger en dessert le gâteau préparé la veille. Durant cette journée nous avons visité la Cité Plantagenêt dans la ville du Mans et acheté des souvenirs.

Ensuite nous sommes allés faire un tour dans le stade Léon Bollet de l’équipe de foot de Ligue 1 du Mans où nous sommes allés tout près de la pelouse.

Le soir nous avons mangé dans un restaurant près du gîte puis nous avons terminé notre dernière soirée au gîte par une soirée dansante.

 



Vendredi 17 août 2007

Après avoir rangé le gîte et nos affaires, nous sommes partis vers midi.

Pour le repas : sandwich préparé le matin sur une station d’autoroute pour tout le monde.

Retour au GEIST vers 16 h pour rendre tous les jeunes au complet à leur parents !

 


Bilan du séjour :

Le séjour est passé très vite, nous avons eu l’occasion de visiter plusieurs endroits très sympas sur le Mans et ses alentours comme le Parc d’attractions Papea City, le Zoo de la Flèche, l’arche de la nature, le musée de l’eau, le musée et le circuit des 24 heures du Mans, le stade de l’équipe de foot du Mans et la Cité Plantagenêt.

Nous avons également fait du bowling, mangé au Mac Do et au restaurant, fait un barbecue, fait un gâteau pour l’anniversaire de Mélanie et surtout fait la fête la veille du départ !

Ainsi, ce fut un séjour très positif où les jeunes et les animateurs ont passé de très bons moments. Vivement l’année prochaine !

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans GEIST et DIM
commenter cet article
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 08:28
Article de Gaëlle Rolin paru dans Le Figaro Madame

Cette année, ils sont près de dix mille enfants à ne pas retrouver la cour de récré de l’école du quartier. Dix mille enfants handicapés qui, faute d’auxiliaires de vie scolaire en nombre suffisant, n’ont pas fait leur rentrée dans le système classique.


Océane a 9 ans. À cet âge, elle devrait être en CM1. Pourtant, elle apprend encore à repasser sur les lettres de l’alphabet en pointillés. Après quatre ans de maternelle dans le système classique, à Marseille, où elle suivait les mêmes cours et avait le même volume horaire que ses camarades, Océane, atteinte de trisomie 21, est entrée l’an dernier en classe d’intégration scolaire (clis). Une solution qui s’est imposée après réception d’un courrier au mois de juillet. « Cette lettre nous apprenait que le poste d’AVS, l’auxiliaire de vie scolaire qui accompagnait Océane à l’école depuis quatre ans, était supprimé », explique Sandrine Matteucci, la maman de la petite fille. « J’aurais pu la maintenir dans le système classique. Mais sans AVS, il y avait de gros risques d’échec scolaire. » Et cela représentait aussi un travail supplémentaire pour l’instituteur, qui n’est pas formé à ce type de situation.
Fini donc le temps du mélange avec les autres écoliers. Direction le centre Esperanza qui compte une soixantaine d’enfants, uniquement des handicapés. « La clis est une bonne solution. Les effectifs sont réduits, Océane est encadrée par des instituteurs spécialisés, elle va à son rythme », poursuit Sandrine.


Mais l’intéressée ne l’entend pas de cette oreille. Elle qui a connu le système classique voudrait retrouver ses camarades de l’école du quartier. Et jouer à la récré avec sa sœur, Margot, qui entre en CE1. « C’est un souhait qu’elle exprime à peu près tous les jours depuis un an », reprend Sandrine, qui se souvient aussi du comportement exemplaire des autres élèves avec sa fille. « C’est un véritable apprentissage de la différence que d’avoir au sein d’une classe un enfant handicapé. Aujourd’hui, ils me demandent encore de ses nouvelles et aimeraient la voir revenir. »
Une solution qui serait également plus facile à gérer pour cette maman de trois enfants, qui doit jongler avec deux établissements scolaires : « L’école du quartier est à trois minutes de chez moi, tandis que l’école d’Océane est à une bonne demi-heure. » Alors, c’est un taxi qui va chercher la petite fille tous les matins, pour permettre à la maman de déposer son autre enfant à l’école. Un crève-cœur en ce jour de rentrée : « J’aimerais l’accompagner pour son premier jour, être là pour elle, comme je le fais pour sa sœur. »

Si l’enseignement dispensé en clis est satisfaisant, Sandrine est pourtant incapable de faire correspondre un niveau au parcours d’Océane : « À les éloigner trop longtemps du système classique, ils risquent de décrocher totalement. Quand on sait que sa fille est capable, avec une aide, de suivre sa scolarité normalement, c’est une véritable frustration. Parce que malgré le handicap, on espère le meilleur pour ses enfants. Et cette situation, pour un simple manque de moyens mis en œuvre, nous ramène douloureusement à la réalité. » Selon l’Association pour adultes et jeunes handicapés (APAJH), on dénombre seulement un accompagnant pour dix-sept élèves en situation de handicap.
Alors, pour éviter de gaspiller ces années précieuses dans la formation d’un enfant, Sandrine serait en faveur d’un enseignement mixte : « Il couplerait du temps passé en établissement classique et du temps passé en clis. » Une solution que cette maman estime réalisable, mais qui n’est pas, pour l’heure, à l’ordre du jour.


Une inscription en clis court sur deux ans. Alors, cette année, Sandrine n’a pas cherché à redemander un auxiliaire de vie scolaire. Mais elle compte bien réessayer à la rentrée prochaine. En croisant les doigts très fort. Car malgré l’annonce des 2 700 postes débloqués cette année, Sandrine est sceptique : « Ce que j’aimerais, c’est que l’on nous allège la charge des formalités administratives, mais surtout que l’on nous donne enfin les moyens d’intégrer correctement nos enfants dans le système scolaire. À mon sens, le budget que cela représente n’est probablement pas énorme. » Des doléances que cette mère de famille s’apprête à recueillir dans une lettre qu’elle compte envoyer à Nicolas Sarkozy.
Pour cette maman, le parcours du combattant durera au moins encore sept ans, jusqu’au seizième anniversaire d’Océane.

Pour plus d’informations : www.apajh.org

 


Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Actualité du Handicap
commenter cet article
4 juillet 2007 3 04 /07 /juillet /2007 09:25
GEIST-DIM.jpg


L'Assemblée Générale de l'Association GEIST et DIM s'est déroulée le samedi 12 mai 2007 en présence de nombreux membres et personnalités dont Monsieur Gillard, Maire de Cany-Barville et Monsieur Trassy-Paillogues, Député.


Le rapport moral et d'activité a été présenté par mme Vaslin Marie-Pierre, Présidente de l'association. De nombreuses activités de loisirs, culturelles ou sportives sont proposées  tout au long de l'année. Un atelier informatique permet d'aborder les aprentissages sous forme ludique. L'association finance l'intervention d'une psychomotricienne dans 4 CLIS de la région.

L'association a eu 4 salariés en 2006 et a recruté pour l'année 2007, une "chargée de mission" et un "animateur" en contrat d'aide à l'emploi. Elle est gestionnaire d'un SESSAD (Service d'Education Spécialisée et de Soins A Domicile). une équipe pluridisciplinaire intervient auprès de 52 enfants de 0 à 20 ans, soit à domicile, dans les locaux associatifs de Cany-Barville, à l'antenne de Bolbec ou dans les écoles où sont scolarisés les enfants. le champ d'intervention couvre les 2/3 du déparetement.

L'association organise chaque année des manifestations (vente de fleurs, de brioches...) pour financer ses actions, ses projet et acheter du matériel. Comme chaque année, nous avons rencontré le même état d'esprit de solidarité de la population pour nos manifestations. toutefois, il nous faut trouver de nouveaux bénévoles en ce qui concerne la vente des brioches : si vous vous êtes disponibles, prenez contact avec l'association.

Des clubs services, donateurs, entreprises aident aussi par des dons significatifs.

Le rapport financier de l'Association et du SESSAD fait apparaître une gestion saine, attestée par l'expert comptable.

Les projets mis en place pour cette année 2007 montrent une association toujours dynamique.

Vous voulez être bénévole ou vous êtes concernés en tant que parents d'enfants handicapés, n'hésitez pas à nous contacter au 02.35.97.42.47.
Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans GEIST et DIM
commenter cet article
30 juin 2007 6 30 /06 /juin /2007 11:57

D'après : http://www.handicap.gouv.fr/



La loi du 11 février 2005 crée un lieu unique destiné à faciliter les démarches des personnes handicapées : la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Celle-ci offre, dans chaque département, un accès unifié aux droits et prestations prévus pour les personnes handicapées.


Lieu unique d’accueil, la Maison départementale des personnes handicapées « exerce une mission d’accueil, d’information, d’accompagnement et de conseil des personnes handicapées et de leur famille ainsi que de sensibilisation de tous les citoyens aux handicaps ».

La Maison départementale des personnes handicapées a 8 missions principales :

  • Elle informe et accompagne les personnes handicapées et leur famille dès l’annonce du handicap et tout au long de son évolution.
  • Elle met en place et organise l’équipe pluridisciplinaire qui évalue les besoins de la personne sur la base du projet de vie et propose un plan personnalisé de compensation du handicap.
  • Elle assure l’organisation de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) et le suivi de la mise en œuvre de ses décisions, ainsi que la gestion du fonds départemental de compensation du handicap.
  • Elle reçoit toutes les demandes de droits ou prestations qui relèvent de la compétence de la Commission des droits et de l’autonomie.
  • Elle organise une mission de conciliation par des personnes qualifiées.
  • Elle assure le suivi de la mise en œuvre des décisions prises.
  • Elle organise des actions de coordination avec les dispositifs sanitaires et médico-sociaux et désigne en son sein un référent pour l’insertion professionnelle.
  • Elle met en place un numéro téléphonique pour les appels d’urgence et une équipe de veille pour les soins infirmiers.

Source : Ministère de la Santé et des Solidarités (08/02/2007)



Les équipes au sein de la MDPH qui regroupent les équipes des commissions précédentes (COTOREP, CDES) ainsi que celles du Site pour la Vie Autonome (SVA), se chargent de la mise en oeuvre de ces missions.
La Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH), nouvelle instance en charge des décisions d’attribution des prestations et d’orientation, remplace la CDES et la COTOREP.

 

   
Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Handicap
commenter cet article
25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 13:34

La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande désormais de pratiquer un dépistage plus précoce de la trisomie 21. L'objectif est d'augmenter l'efficacité du dépistage et diminuer les amniocentèses et le nombre d'IVG tardives. En France, environ 50.000 personnes sont touchées par la trisomie 21 appelée aussi syndrome de Down.


La trisomie 21 est la plus fréquente des anomalies chromosomiques

Elle se caractérise par la présence d'un chromosome 21 surnuméraire qui peut se traduire par des malformations anatomiques, des traits morphologiques particuliers et un retard mental plus ou moins sévère. Le dépistage prénatal a pour objectif d'évaluer le risque pour le fœtus d'être porteur de cette anomalie. Au-dessus d'un certain seuil de risque, celui-ci est confirmé ou infirmé par la réalisation d'une amniocentèse. Il revient alors aux parents de décider de poursuivre ou non la grossesse et dans la négative, de recourir à une interruption volontaire de grossesse (IVG). Autant le premier examen de dépistage est anodin puisqu'il repose sur une simple prise de sang à la recherche de marqueurs spécifiques, autant l'amniocentèse, qui repose sur une ponction de liquide amniotique, est source d'anxiété et s'accompagne d'un risque de fausse couche.

Nouvelles recommandations pour le dépistage prénatal de la trisomie 21

Afin de diminuer le nombre d'amniocentèses et d'IVG tardives, la Haute autorité de santé (HAS) recommande désormais de réaliser un dépistage néonatal plus précocement, dès le 1er trimestre (entre la 11e et la 13e semaine d'aménorrhée) à la place du 2e trimestre actuellement (entre la 15e et la 18e semaine d'aménorrhée). Elle recommande également d'utiliser, en plus de l'examen actuel qui consiste à rechercher les marqueurs sanguins maternels, une mesure de la clarté nucale lors de l'échographie du troisième mois de grossesse.
Moins d'amniocentèses avec un dépistage prénatal plus précoce

Grâce à ce dépistage précoce, il ne sera plus nécessaire de proposer d'emblée une amniocentèse aux femmes de 38 ans et plus. En effet, comme l'indique la HAS, "le dépistage prénatal permet d'obtenir, dans ces tranches d'âge, des taux de détection très élevés de la trisomie 21 tout en assurant une diminution majeure des fausses couches".

Dernier point à préciser : le dépistage du 2e trimestre n'est pas pour autant supprimé car il peut permettre une sorte de rattrapage pour les femmes qui n'auraient pas pu bénéficier du premier dépistage.


Lire le communiqué de presse de la HAS



D'après : http://www.viefemme.com/
Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Trisomie 21
commenter cet article
25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 11:13
Accompagner-l-enfant-trisomique.jpg

Accompagner l'enfant trisomique

de Denis Vaginay

Résumé :

La trisomie 21 est une affection familière à chacun. Elle occupe une petite place dans nos mémoires, comme ces comptines enfantines que l'on connaît sans jamais les avoir apprises. Pourtant, lorsqu'un bébé trisomique surgit dans la vie de parents bouleversés, leurs certitudes s'effondrent pour faire place à une interrogation angoissée.

La trisomie touche, elle émeut ou elle brise. elle provoque une relation particulière. La manière d'aider un trisomique dépend des caractéristiques de cette relation et du contexte culturel. Dès sa naissance, le trisomique pose radicalement la question de l'altérité à quiconque communique avec lui. Cette question, il la porte dans son corps.

Ce livre s'interroge sur les liens qui ont uni les trisomiques à leur famille et à la société au fil du temps. Il nous permet de cheminer depuis l'origine mongolienne jusqu'aux projets éducatifs cohérents.
Il cherche à dépasser les savoirs sécurisants mais souvent trompeurs pour favoriser la rencontre de chacun de nous avec un autre, un inconnu qui se trouve être trisomique. c'est dans cette rencontre rendue possible par l'abandon des idées préconçues que le sujet trisomique peut se construire et trouver son identité.

Ce livre s'adresse aux parents et aux professionnels, comme à tous ceux qui s'intéressent à la trisomie, au handicap, ou plus simplement aux questions que véhicule la différence.

Accompagner l'enfant trisomique - Denis Vaginay - Editions Chronique sociale - 2006 - ISBN : 2-85008-302-X

 

L'auteur :

Denis Vaginay
Docteur en psychologie clinique, psychanalyste, il exerce en libéral. Il travaille en institution (IME), en cabinet et comme formateur.
Il travaille depuis de nombreuses années les questions de la différence et de la sexualité.
Il a publié aux éditions Chronique Sociale : Accompagner l'enfant trisomique ; Trisomie 21, Transmission et intégration (en collaboration) ; Vivre la sexualité, Encyclopédie illustrée (avec D. Balvet pour les dessins) ; Comment élever un enfant sans se / le jeter par la fenêtre.


Lien : http://aides-techniques.handica.com/prd-handicap-livre-enfant-ado-56.12.8.0.0-1703.php

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Bibliographie
commenter cet article
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 11:10
media-prestationpetite.png

L’UNAPEI propose une réédition du livret " Votre enfant est différent " qui intègre les nouveautés législatives. (à télécharger en bas)


L’annonce d’un handicap, de surcroît mental, est un choc, brutal, dont les familles ont du mal à se remettre. Puis vient le temps des questions, brouillonnes au début et à peine formulées tant les réponses peuvent être craintes. " Où m’adresser pour être conseillé ? De quelles aides puis-je bénéficier ? Qui m’aidera à accompagner mon enfant ou pour m’expliquer son handicap ? Quels sont mes droits ?... ", se demandera légitimement tout parent à un moment ou à un autre. C’est à ce moment-là qu’il appréciera d’avoir sous la main un livret qui compile toutes les informations de base.


Informations concrètes

" Votre enfant est différent ", c’est un recueil qui résume les informations essentielles pour faire ses premiers pas de parents d’enfant ayant une déficience intellectuelle. Les familles y trouvent des conseils pratiques et des explications simples dans divers domaines :  les structures existantes, les fonctions des professionnels qu’elles rencontreront, les sigles utilisés, les démarches à suivre en cas d’absence de diagnostic ou encore la vie quotidienne avec un enfant handicapé (arrivée dans la famille, rapports avec la fratrie, loisirs et vacances…). Après ces conseils, les lieux d’accueil, d’éducation et d’accompagnement sont décrits : mode de garde et d’éveil, écoles maternelles et spécialisées, soutiens éducatifs, rééducation et soins… Le livret n’en reste pas là : il décrit les démarches à suivre, les contacts à prendre pour évaluer le handicap de son enfant et choisir son orientation. Il ne fait pas l’impasse des droits, allocations et autres ressources, auxquels les familles peuvent prétendre. L’objet est donc là, un livret, réédité et actualisé, qui peut vite devenir une bible pour des parents de jeunes enfants handicapés.

Au plus près du public

" Votre enfant est différent " est proposé gratuitement par l’Union, grâce au soutien de la Mutuelle Intégrance et de la Société Générale qui en ont financé l’édition. A charge pour les associations de savoir le mettre à la disposition du public concerné. Le premier lieu à privilégier est sans nul doute les Maisons départementales des personnes handicapées (Mdph). Ces structures nouvellement créées sont souvent en mal d’informations. Mais bien d’autres professionnels, qui sont en contact avec les parents de jeunes enfants, seront preneurs d’un tel document : établissements et professionnels des secteurs médicaux et médico-sociaux (sages-femmes en maternité ou PMI, assistantes sociales, personnels de CAMSP, médecins, personnels paramédicaux…) ou encore du secteur de l’éducation (crèches et haltes-garderies, établissements spécialisés, écoles maternelles…). Informer et accompagner les familles, c’est le sacerdoce des associations de l’Unapei. À ce titre, " Votre enfant est différent " est un outil de premier choix.



Télécharger ici le livret "Votre enfant est différent"
Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Handicap
commenter cet article
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 08:16

Conséquences sur la vie scolaire

 

En général les élèves porteurs de trisomie 21 peuvent fréquenter des classes ordinaires (le plus souvent en maternelle et parfois jusqu’en CP). Les dispositifs collectifs d’intégration (CLIS en primaire ou UPI en collège et lycée professionnel) offrent des solutions mixtes. Les établissements spécialisés de type IME proposent une scolarisation.

L’importance des difficultés intellectuelles est variable, mais il existe chez l’enfant trisomique :

- une lenteur particulière à traiter une information et à produire une réponse à un stimulus, à une question, à une action. Ceci peut amener à penser qu’il ne répond pas ou ne comprend pas (la réponse arrivant de façon décalée et n’étant pas interprétée comme réponse)
- une difficulté à inhiber suffisamment longtemps la réponse pour pouvoir poursuivre une analyse détaillée de la question.
Il est donc en difficulté devant des consignes complexes, d’autant que certaines composantes de la mémoire sont altérées. Il est important de ne donner qu’une consigne à la fois.

Les niveaux de déficience mentale variables entraînent de grandes différences dans l’âge d’apprentissage de la lecture et cet apprentissage devrait être poursuivi à des âges avancés. Le niveau d’acquisition de lecture est extrêmement variable, certains auront une bonne compréhension de ce qu’ils lisent, d’autres décoderont bien mais auront une compréhension faible ou absente.

La scolarisation d’un enfant présentant un handicap est en général source d’enrichissement et d’ouverture pour les autres élèves de la classe. Elle offre des occasions de se décentrer de soi, de mettre en place des tutorats …
Les situations d’intégration nécessitent, souvent au début et selon les enfants, un accompagnement par un adulte (éducateur, AVS) ou la mise en place d’un système de tutorat par d’autres élèves.

D’après : http://www.integrascol.fr/fichemaladie.php?id=16

 


Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Trisomie 21
commenter cet article
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 08:14

Quels symptômes et quelles conséquences ?

 
Il existe dès la naissance une diminution du tonus musculaire ou hypotonie accompagnée d’une certaine hyperlaxité ligamentaire.
Le développement psychomoteur est retardé avec des variations individuelles importantes. La marche est acquise autour de 2 ans en général.
Le visage est plutôt rond avec un nez dont la racine est aplatie. Les fentes des paupières sont orientées en haut et en dehors.
Les mains et les pieds sont plutôt petits et il existe un pli palmaire unique dans 60% des cas. Ce pli palmaire unique existe dans la population ordinaire dans 2% des cas.

Une malformation cardiaque est présente chez 40% environ des personnes mais, à l’âge scolaire, celle-ci ont été opérées ou sont bien tolérées. Ces enfants peuvent parfois souffrir d’une malformation digestive, de troubles hématologiques (leucémies), de maladies auto-immunes (diabète, hypothyroïdie …) .

La taille est normale à la naissance mais la croissance ralentit dans les premières années et la taille définitive est souvent inférieure à la taille normale (en moyenne 1m45 à 1m50 pour les filles et 1m55 à 1m60 pour les garçons).

Sur le plan ophtalmologique, les enfants trisomiques ont plus souvent que les autres des troubles de la réfraction (myopie, hypermétropie) ou de convergence oculaire pour lesquels ils doivent être traités (lunettes, rééducations, opérations)

Certains enfants sont dans leur plus jeune âge, gênés par des infections ORL fréquentes. L’otite séreuse est une complication fréquente qui génère une baisse de l’audition risquant de compliquer les acquisitions langagières si elle n’est pas soignée et surveillée.

L’acquisition du langage et de la parole se fait avec retard. L’évolution est très variable. Certains gardent des troubles de l’élocution importants qui peuvent contraster avec un meilleur niveau de compréhension.

Chez la plupart des enfants trisomiques il existe une déficience intellectuelle. Les compétences sont variables d’un individu à l’autre. Elles sont liées au capital génétique mais aussi à l’éducation, à l’apprentissage, à l’environnement, à la possibilité d’être investi par sa famille et l’entourage, à la constitution d’un projet de vie. Comme pour tous les enfants, les données de QI ne peuvent être correctement interprétées que corrélées à d’autres évaluations (comportementales, adaptatives …).
Chez les enfants trisomiques, les acquisitions se font plus lentement avec des paliers qui paraissent parfois longs et peuvent décourager l’entourage.



D’après : http://www.integrascol.fr/fichemaladie.php?id=16

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Trisomie 21
commenter cet article

Présentation

  • : Association GEST et DIM de Cany-Barville
  • Association GEST et DIM de Cany-Barville
  • : Blog du GEST-DIM de Cany-Barville (Seine-Maritime), association loi 1901 ayant pour but de contribuer à l’insertion sociale de jeunes porteurs de trisomie 21 et déficients intellectuels modérés. L'association propose une éducation précoce, un soutien à l’intégration scolaire, des activités socioculturelles et sportives ... sur la zone rurale du Pays de Caux.
  • Contact

Recherche